Logo T P H

 

Association loi de 1901 à but culturel et humanitaire

 logohtmlhtmlm7b0293991.jpg

6bis rue du Cotaire 38120 Saint Egrève

Tel: 09 75 88 71 32 / E-mail: tph38120@yahoo.fr



Qui sommes nous?

Pour accéder aux différentes pages et articles du site: cliquez sur les boutons « pages » « catégories »  en haut de cette page de présentation

 

L’association « Tibétains et Peuples de l’Himalaya » a vu le jour en début d’année 2010.

       Le groupe fondateur de T P H est constitué de personnes ayant voyagé à plusieurs reprises au Tibet,au Népal, et en Inde du nord (Himachal pradesh, Ladakh). Les rencontres  avec les réfugiés tibétains vers lesquels nous nous sommes naturellement tournés dés le début, nous ont servit de base aux projets de soutien que nous menons aujourd’hui.

Ayant activement oeuvré dans plusieurs associations depuis 2004, nous avons constaté les besoins des populations locales tant sur le plan de la reconnaissance de leur culture, que sur le plan économique.

 C’est pourquoi nous avons bâti des projets de soutien en faveur des plus démunis dans ces régions. Soutien de structures existantes (ateliers d’artisanat, tourisme éthique) mais aussi soutien d’initiatives personnelles ou collectives pour la création de petites entreprises (commerce, artisanat, achat de bétail ou de semences) souvent de taille familiale.

 Pour mener à bien ces projets, nous sollicitons l’engagement et l’implication d’acteurs locaux qui ont déjà œuvré pour leur communauté, et qui feront le lien avec l’association.

 

Notre assemblée Générale s’est tenue le 8 avril 2021.

La crise sanitaire nous a privé de presque tous nos lieux d’expo vente habituels, mais la mobilisation exceptionnelles de beaucoup d’adhérents a permis l’organisation de vente « privées » d’artisanat à domicile ou par correspondance. Ainsi nous avons pu envoyer une aide substantielle (19 00 €) en 2020 sous forme de dons aux familles que nous connaissons dans le plus grand besoin en raison de la cessation des activités touristiques au Népal. Nous avons dû reconduire ce projet pour 2021 car la situation est toujours aussi grave et les besoins sont en augmentation… nous avons donc décidé des actions suivantes:

  • Soutien à l’atelier « Pagoda » qui nous fourni l’essentiel des produits d’artisanats.
  • Soutien aux autres fournisseurs : atelier de femmes; bijoux; châles.
  • maintenir et consolider les parrainages tant individuels que ceux, collectifs, que gère TPH avec l’aide de Rabi sur place. De nouveaux enfants sont en attente de sponsors.
  • Soutien ponctuel aux « Restos du cœur Népalais »
  • Soutien financier comme en 2020 pour toutes les familles (notamment Langtagpas) qui nous signalerons leurs difficultés.
  • Soutien au fonctionnement école GEBS.

 

 

 

Le Chemin… est le but.

Qui sommes nous? dans Présentation nepal2007342

 



Aide alimentaire à Bakthapur.

Nous avions soutenu l’an passé les « restos du cœur Népalais » par l’intermédiaire de notre ami RABI qui fait preuve d’une grande générosité et d’une grande probité. La crise sanitaire est toujours aussi grave au Népal, les plus démunis ne mangent pas à leur faim. Aidé par son association de Bakthapur, Rabi a recensé 30 familles qui nécessitaient une aide alimentaire d’urgence: du riz, des lentilles, de l’huile…

Nous avons envoyé 700€ pour financer cette distribution qui a été réalisée très efficacement le 3 juillet dernier. Voici les photos qui illustrent ce moment. 

BAKTHAPUR Juillet 2021 BAKTHAPUR Juillet 2021 (2) BAKTHAPUR Juillet 2021 (3) BAKTHAPUR Juillet 2021 (4) BAKTHAPUR Juillet 2021 (5) BAKTHAPUR Juillet 2021 (6) BAKTHAPUR Juillet 2021 (7) BAKTHAPUR Juillet 2021 (8) BAKTHAPUR Juillet 2021 (10) BAKTHAPUR Juillet 2021 (12) BAKTHAPUR Juillet 2021 (13) BAKTHAPUR Juillet 2021 (15) BAKTHAPUR Juillet 2021 (16) BAKTHAPUR Juillet 2021 (18) BAKTHAPUR Juillet 2021 (19)



Les actions de TPH au Népal en 2020

Cette fin d’année 2020 a été perturbée par la situation sanitaire, comme l’a été le printemps…

Au Népal les répercutions sont inévitablement dramatiques puisque l’absence de tourisme entraine un manque de ressources dans tous les domaines.

Conscients de ces problèmes, nous avons décidé d’apporter une aide financière à tous ceux que nous savions en difficulté:
  • Les familles du Langtang qui dépendent en grande partie du trekking, ainsi que deux de nos amis guides francophones.
  • Une association népalaise qui, à l’instar de nos « restos du cœur » distribue des repas aux plus démunis.
  • L’école  GEBS de Syabrubensi.
  • Il y trois mois, l’atelier de femmes couturières de Khatmandu tenu par les sœurs et belle-sœur de notre ami Bijay était sur le point de fermer, les machines à coudre et le matériel étaient mis en vente, faute de pouvoir payer le loyer du local… Nous leurs avons envoyé de quoi passer ce cap difficile et dans la foulée leur avons passé une commande de vêtements.
  • Nous avons renouvelé le sponsoring de TPH et celui des adhérents de l’association en faveur des enfants orphelins de la région de Bhaktapur.
Pour financer toutes ces aides, il fallait que nous réagissions face aux problèmes posés par l’annulation de tous nos lieux de vente habituels. L’appel que nous avons lancé pour organiser des ventes privées a été suivi avec un enthousiasme et une efficacité qui ont dépassé toutes nos espérances. 

Nous avons pu passer commande à l’atelier » Pagoda » et aux autres fournisseurs de châles et de bijoux ainsi qu’a l’atelier de femmes dont je parlais plus haut.

Au total, c’est 19 000€ que nous avons envoyés au Népal sous forme de dons tout au long de cette année 2020.

Un grand MERCI à toutes les vendeuses! Sans vous, rien n’aurait été possible!

Bonne et heureuse année 2021!

Les « restos du cœur » népalais:

Image de prévisualisation YouTube

Ci-dessous: don aux écoliers et lettre de remerciement des couturières.

128207241_2878153829084226_859506245715149209_nlettre Bijay



Rentrée GEBS: des difficultés, beaucoup de courage!

La rentrée des classes (qui a lieu au printemps au Népal) a été retardée par l’épidémie qui a obligé nos amis Népalais a se confiner tout comme nous… Le sort s’acharnant, c’est la mousson extrêmement brutale cette année qui a provoqué une coulée de boue juste au dessus de l’école. Heureusement aucune personne ne se trouvait là, mais les dégâts matériels sont considérables: tout un angle du bâtiment a été littéralement soulevé ce qui a entrainé la destruction de plusieurs salles de classe. 

Tout était pourtant prêt, en cette fin juin, pour accueillir les élèves qui ont hâte de rejoindre leur nouvelle école toute neuve. On venait juste de mettre les dernières touches de peinture et régler les derniers détails. A Syabrubensi on n’attendait plus que ce fâcheux virus disparaisse pour fêter dignement la rentrée scolaire.

Quand le glissement de terrain est survenu, il a fallu faire preuve d’un sacré courage pour affronter cette nouvelle épreuve! Raju et Samten se sont retroussé les manches, réuni autour d’eux la main d’œuvre nécessaire pour faire face aux travaux et en cette fin août, après d’incommensurables efforts, l’école est à nouveau opérationnelle… Mais depuis quelques jours un nouveau confinement est instauré dans le pays.

Notre association a pu envoyer 3300€ pour les aider à faire face. 2300 € de « TPH » + 1000€ qui nous ont généreusement été donnés par l’association « TPL Montagne » dont le président René Cuignon est un ami du Népal et des Népalais. Nous le remercions chaleureusement pour ce beau geste.

De leur coté, Samten et Raju sont extrêmement reconnaissants de ce soutien et envoient un grand MERCI aux membres des deux associations.

Comme les gamins du district de Rasuwa, nous attendons avec grande impatience l’heure de la rentrée! Notre seul regret sera de pas être présents ce jour là, mais ce n’est que partie remise!

Namasté!

 

(La première vidéo montre l’avancée des travaux peu de temps avant la mousson, la seconde  les dégâts et les réparations très vite engagés par les très courageux Samten et Raju.)

 



Framboise: une balade au Népal (2019)

20191026_152234_resized Namaste !  Namaste ! 

 
   Je reviens d’une petite escapade de quelques jours dans la campagne népalaise, où j’avais déjà eu l’occasion de traîner mes guêtres en 2009, histoire de continuer gentiment la rééducation de mon genou. Je me doutais bien qu’il y aurait du changement en dix ans… c’est peu dire.
 
   La superficie de Panauti a quasi doublé. L’extension de l’autre côté de la vieille ville est devenue extrêmement bruyante et polluée, du fait que le parc des bus et des camions n’est toujours pas mis aux normes, contrairement à celui des voitures, et aussi que l’asphalte ne tient pas le choc. Si les trous sont comblés (notez que je ne dis pas « réparés »), c’est soit avec des sacs de sable qu’ils ne prennent pas la peine d’ouvrir, soit avec des pelletés de terre. Donc gaz d’échappement plus poussière… je vous dis pas l’atmosphère ! 
   Du coup, avec mon amie Fleur, on a passé la majeure partie de notre temps dans la vieille ville où il y a un beau musée à visiter, différents temples, du côté de la rivière où il y a une multitude de canards qui rentrent bien sagement vers les 17h chez l’habitant. Eux aussi logent en « homestay » ! Malheureusement pour eux, les locaux étant à majorité hindouiste, ils sont voués à être sacrifiés sur l’autel des nombreuses déités qu’ils vénèrent. Les sélectionnés se retrouvent avec le croupion coloré…
 
   Nous avons pu faire deux baladounettes alentours et traverser quelques petits villages. Quel bonheur de passer dans la forêt et observer les singes, de surplomber les cultures en terrasses, de surprendre des ballots de paille sur deux jambes revenir des rizières… de parler quelques mots en anglais/nepali/french dans des échanges plein de sourires et de rires…
 
   L’arrivée sur Namo Buddha a été déconcertante, tellement il y avait de bâtiments… plusieurs monastères, institut monastique, logements pour les moines, pour les enseignants, pour les retraitants, pour les visiteurs,  salles à manger pour les uns et les autres, clinique. Tout bien ordonné, bien propre… quel contraste ! Mais pas de place pour dormir, tout était complet. Nous avons logé chez l’habitant… et avons eu droit à un dal bhat, hmmm… un délice. Rien que d’y penser, j’en salive !
 
   Puis ce fut le retour en « local bus », mémorable sur la première partie. 
Après s’être annoncé par ses coups de klaxon népalais si particuliers, il est apparu au sommet de la côte, déjà débordant de passagers, sans parler de ceux qui occupaient l’impériale. Quelques uns (si peu) sont descendus et nous avons réussi, tant bien que mal, à nous intégrer dans ce fouillis (corps, sacs en tout genre, animaux, outils) avec nos sacs à dos. Puis il faut se tenir quelque part, à quelque chose ou à quelqu’un… parce que la route, ou la piste selon les portions, est plutôt d’humeur joyeuse : et que je godille par-ci, et que je sautille par-la… pendant que le bus, au bord de l’indigestion, esssaie, sans y parvenir, de régurgiter quelques passagers en penchant dangereusement au-dessus des ravins.
 
Ce que je trouve extraordinaire, c’est que, entassés comme on l’est, on arrive malgré tout à se déplacer quand il s’agit de laisser sortir quelqu’un ou simplement lui permettre de soulager son estomac par la fenêtre. Toujours est-il, qu’à force de reptations, je me suis retrouvée nez à nez avec un coq ahuri, coincé entre des cartons au-dessus des places assises. Le pauvre, il n’avait pas envie de chanter !
 
   Pour nous remettre de nos émotions, nous sommes allées manger de délicieux momos épinard-fromage, hmmm…
 
 Ce sera tout pour ce soir.
Bisous
 
La Framboise népalaise 


Après la canicule, des nouvelles fraîches!

Durant cet été 2019, l’activité a été soutenue, tant du coté Français avec de belles initiatives de nos antennes TPH, qu’au Népal avec la poursuite de travaux de l’école G.E.B.S. « Gosaikunda English Boarding School ».

Près d’Évreux pour commencer: Danny et Alain ont organisé fin juin plusieurs expo-ventes, avec notamment une soirée musicale animée par deux excellentes instrumentistes à la flute traversière et à la harpe.video-1566569651_Moment

A Pouilly-sur Loire, c’est Chantal qui a obtenu un local très sympa ou elle a ouvert une boutique éphémère durant une semaine.

IMG_4930IMG_4937

Ces deux évènements ont remporté un grand succès. Les bénéfices sont aussitôt envoyés au Népal pour financer notre projet de soutien à l’école G.E.B.S.

A Grenoble, nous avons été heureux de rencontrer notre ami Bijay de passage dans la région. Il a pu être accueilli par les voyageurs de 2018 qui l’avaient eu comme guide.

IMG_4986

A Syabrubesi on ne chôme pas non plus! Les bâtiments sont en place, Raju & Samten estiment que 80% des travaux sont terminés! Raju a même été distingué par le prix national de l’éducation pour son engagement en faveur des enfants du district de Rasuwa où est implantée l’école. En marge des cours, des activités ludiques sont proposées aux enfants qui en sont ravis.

22 08 2019Image de prévisualisation YouTube

 



Repas caritatif pour l’école de Syabrubensi

IMG_2979

 

Le 23 mars dernier, nous organisions avec nos amis de l’Amicale de Proveyzieux un repas Népalais dans la sympathique salle des fêtes du village. Encore un grand merci pour votre engagement!

Au cours de cette soirée nous avons présenté le montage vidéo retraçant l’avancée de travaux de construction de l’école « Gosaikunda English Boarding School » que nous soutenons depuis un an.

Quelque 65 personnes ont répondu présents et les bénéfices engendrés par cette super belle soirée seront intégralement reversés au profit de cette construction.

Ce fût également l’occasion d’accueillir plusieurs nouveaux adhérents à qui nous souhaitons la bienvenue au sein de TPH.

La vidéo est en ligne ici: Image de prévisualisation YouTube



Construction de la nouvelle école à Syabrubensi

Image de prévisualisation YouTube

Les travaux de construction ont démarré!

Dès la mousson passée, le bulldozers sont entrés dans la danse, et après quelques mois voici où en est la nouvelle école « Gosaikunda English Boarding School » (G.E.B.S.) sur les hauteurs de Syabrubensi. En ce début 2019, avec les bénéfices du vide-grenier organisé par TPH, nous avons pu envoyer 2000€ de soutien qui seront destinés à la fabrication des fenêtres et huisseries.

La vidéo a été réalisée à partir des images que Raju et Samten les dirigeants de l’école nous envoient régulièrement.

A suivre!…IMG_2979



L’école: une priorité pour TPH.

En cette rentrée scolaire, toute notre attention est tournée vers nos enfants ou petits enfants, nous souhaitons qu’ils parcourent avec succès les chemins qui les mèneront vers la plus grande réussite.

Évidement dans chaque pays du Monde, il en est de même. Les parents mettent tous leurs espoirs dans la scolarité de leurs petits. Et pourtant cela n’est pas à la portée de chaque enfant de la même façon…

A TPH nous le savons bien, nous qui parcourons régulièrement les sentiers Népalais. C’est pour cette raison que nous avons décidé lors de notre dernière A.G. de soutenir une école ou tout autre projet concernant l’éducation. C’était en janvier dernier et quelques semaines plus tard, nous étions une quarantaine d’adhérents à débarquer au pays de Vishnou et de Shiva.

Il fut alors aisé d’aller rendre visite aux dirigeants d’une petite école qui nous avait été signalée par une amie comme étant en grande difficulté financière. Située au cœur des montagnes        dans le district de Rasuwa , la petite bourgade de Syabru Bensi est le point départ des trekkeurs pour le Langtang et la région Tamang. C’est là que se trouve la petite école: « Gosainkuda English Boarding School ». Près de 200 enfants entre 3 et 12 ans la fréquentent, encadrés par une douzaine d’enseignants. On y apprend les sciences, les maths, les langues: Népalais, Anglais et Tibétains etc. 55 enfants sont en internat, une centaine mangent à la cantine du midi. L’école a cette particularité d’accueillir des tous petits, dès la garderie, ce qui est très apprécié des familles dans le village.

Jusqu’à ce jour, le bâtiment abritant l’école est en location. Le propriétaire qui avait déjà bien augmenté le loyer, veut maintenant récupérer son bien.

Il faut donc anticiper un projet que Raju et Samten les deux responsables de l’établissement nourrissaient depuis quelques temps: construire un bâtiment neuf.

Déjà en possession du terrain, ils vont devoir emprunter à la banque une bonne partie des 40 000 € nécessaires à la construction.

Nous avons donc décidé lors du dernier CA de leur apporter notre soutien. Cette année nous avons envoyé une aide pour payer le loyer trop cher, et pour acheter une machine à laver le linge qui faisait cruellement défaut pour les uniformes des  internes. Nous leur avons également accordé un prêt qui leur permettra de démarrer au plus tôt les travaux: après la mousson. Ce soutien s’inscrira dans la durée car nous avons prévu que les bénéfices des prochaines manifestations, telle que le vide-grenier de Saint Egrève, seront intégralement consacrés aux travaux de l’école. Dans le même temps, nous avons contacté les membres d’une association amie de TPH qui propose des chantiers solidaires. Nous allons étudier ensemble la faisabilité d’une future intervention de leur part pour l’installation de l’électricité de la nouvelle école.

Image de prévisualisation YouTube

IMG_3638IMG_3639 IMG_3641 IMG_367235404615_2023431897677669_1673003930612662272_n

30772396_1958218224199037_1654852956_o 32087290_1978200672200792_2070851132107784192_n IMG_2979 IMG_2989

 

Durant notre séjour au Népal, nous avons également été sollicités par notre ami  Rabi, vice président de l’association « Bodhi Aadharshila Nepal » qui vient en aide pour leur scolarité aux enfants orphelins suite au terrible séisme d’avril 2015.

Ces enfants sont issus de familles très pauvres, vivant dans de petits villages près de Bakthapur. Ayant perdu un ou parfois leurs deux parents, ces pauvres petits sont à la charge soit de grands parents, soit d’oncles ou tantes qui n’ont souvent pas les moyens de s’en occuper convenablement.

Rabi nous a demandé de sponsoriser la scolarité de ces jeunes enfants à hauteur de 10 € par mois. Cette somme, qui sera distribuée chaque 2 mois par le directeur des écoles concernées, servira à acheter les fournitures scolaires et la tenue vestimentaire réglementaire dans toutes les écoles népalaises.

L’association TPH prendra en charge 8 enfants dès cette année. 4 autres directement par des adhérents sensibles à cette cause. Il y a d’autres enfants qui sont encore en attente de ce sponsoring*. TPH n’a pas vocation à gérer des parrainages, aussi, notre action auprès des adhérents qui le souhaitent se bornera à regrouper les sommes afin d’effectuer un virement collectif pour diminuer les frais bancaires.

IMG_3335 IMG_3336 IMG_3337 IMG_3338 IMG_5166

 * Si intéressé, nous contacter.



Un bon repas de « momos »

Le vendredi 13 avril nous organisions en partenariat avec l’Amicale de Proveyzieux et l’association HOKA un repas caritatif à base de « momos ».

Si ce plat est un vrai régal, il n’est pourtant pas si facile à préparer. Nous avions heureusement avec nous Lama Tenzin Dorjay du monastère de Muney au Zanskar.

C’est lui qui a animé l’atelier cuisine qui avait démarré dès 15 heures et rassemblé quelques 20 apprentis(es) cuisiniers(es) qui ont pu confectionner ces fameux raviolis tibétains.

Mais le repas qui comptait plus de 100 convives a nécessité plus de 1000 momos que Lama Dorjay a lui-même préparé.

Tout le monde s’est également régalé avec en entrée, une excellente soupe aux lentilles façon « dal » népalais et de succulentes pâtisseries que les adhérents(es) avaient apportées pour le désert.

Les bénéfices de cette soirée sont partagés entre le soutien à la Gosainkuda english boarding school à Syabrubensi au Népal et le monastère de Muney au Zanskar.

IMG_0474 IMG_0476    IMG_0486IMG_0482 MomosIMG_0478IMG_0484

 

Article DL repas momos 13 04 18



2018. Voyage « TPH au Népal » pour le LOSAR.

Décidé il y a un peu plus d’un an lors de l’assemblée générale, le voyage « TPH au Népal » à l’occasion du Losar a remporté un vif succès. Quelques quarante participants se sont envolés pour découvrir les charmes de ce pays si attachant.

Débarqués la veille à l’aéroport de Kathmandu, voici nos groupes de Gaulois lâchés parmi les sadus fumeurs de haschich pour la « Chivaratri » à Pashupatinath! Dépaysement garanti avec cette immersion totale dans l’hindouisme le plus profond pour cette fête annuelle des adorateurs du dieu Chiva!

Les voyageurs repartis en petits groupes selon leurs programmes de visites ont pu apprécier l’accompagnement proposé par « Namlang Ecotourism »: chaque groupe était confié à un guide francophone pour le confort de tous. En tout une quinzaine de guides et porteurs pour visiter les sites culturels et touristiques  et parcourir les sentiers de randonnée du Langtang et des balcons des Annapurna.

De la vallée de Kathmandu en passant par le circuit de « Namo Bouddha », le Téraïl, et Pokhara, nos amis ont savouré la gentillesse des Népalais, se sont régalés de Dal Bath et de momos, de « ginger-lemon-honey-tea » et se sont éclatés dans les magasins d’artisanat. Au final, chacun est reparti ravi avec plein de super souvenirs en tête, comme ce beau moment partagé chez Temba et Jyangjul qui avaient tenu à nous inviter dans leur nouvelle maison.

Nous avons également mis à profit notre présence au Népal pour finaliser des projets.

Comme nous l’avions prévu lors de l’assemblée générale de l’association en janvier dernier, nous avons examiné la faisabilité de deux nouveaux projets. L’un concernait un soutien à apporter à un dispensaire à Syabru Bensi et l’autre à une école dans la même localité. Ces deux demandes nous avaient été faites par une amie qui connait depuis longtemps le Langtang et savait que des besoins existaient pour le fonctionnement de ces deux  activités.

La visite du dispensaire dans le camps de réfugiés Tibétains et la rencontre de son responsable Tashi nous ont appris que l’aide n’était pas nécessaire à cet endroit car les besoins sont déjà pourvus par le gouvernement Tibétain en exile, de plus, un autre dispensaire existe dans le village qui est suffisamment doté.

A l’école « Gosainkunda English Boarding School » il en est tout autrement. Ayant vu le jour en 2008 avec 22 enfants, elle accueille aujourd’hui 185 écoliers de 3 ans (nurserie) à 11 ans dont 55 sont en pension complète. L’enseignement est dispensé par une dizaine de professeurs y compris le directeur et comprend les langues: Népalais, Anglais et Tibétain, ainsi que les maths, les sciences, le social, l’informatique, les matières générales.

Les difficultés rencontrées par l’école sont avant tout financières. Bien que les parents payent la scolarité de leurs progénitures, cela ne suffit pas toujours à régler le montant du loyer du bâtiment qui abrite l’école. Les classes sont bâties avec des tôles ondulées et il n’y a pas de machine à laver le linge pour entretenir les tenues des enfants. Nous avons évalué avec Raju le directeur et son épouse Samten qui enseigne l’anglais, les besoins les plus urgents et nous décidons de les aider à hauteur de 1000 €uros par an (en deux versements de 500€) plus une aide ponctuelle de 500€ pour acheter une machine à laver le linge.

IMG_2992 (2) IMG_2967 IMG_2966 IMG_2965 IMG_2964 IMG_2963

Une autre demande concernant la scolarité des enfants nous a été présentée par notre ami Rabi qui est également guide et qui a pu rencontrer plusieurs voyageurs au cours de ce voyage. Rabi fait parti d’une association d’anciens élèves de l’école de son village, à quelques kilomètres l’est de Kathmandu. Région qui a été fortement touchée par le séisme de 2015, laissant de trop nombreux enfants orphelins. Il nous explique que même lorsque ces enfants n’ont perdu qu’un seul de leurs parents, ils ne sont pas considérés de la même façon que leurs demi-frères ou  demi-sœurs en cas de remariage du père ou de la mère. Lorsqu’ils sont pris en charge par des grands-parents ou des oncles et tantes, ils représentent une difficulté financière de plus  pour ces familles pauvres. L’association de Rabi a mis en place un système de parrainages pour permettre à ces enfants de poursuivre leur scolarité. Il s’agit de donner 1000 roupies (environ 8 €) par mois et par enfants. Cette somme permet de payer une tenue, indispensable au Népal pour tout écolier, et quelques fournitures scolaires. L’argent récolté par l’association est distribué aux directeurs des écoles concernées afin que la gestion soit plus efficace. les directeurs d’écoles ayant le plus souvent une autorité morale dans les villages sont à même de veiller au bien être des enfants dont ils ont la charge tous les jours.

TPH va apporter une aide de 500 €uros à l’association Népalaise pour l’année 2018, ce qui représente le parrainage de cinq enfants.

Cette initiative a été appréciée par plusieurs voyageurs qui se sont proposés pour ajouter leur propre parrainage. Nous somme actuellement dans l’attente du R.I.B. de l’association que nous communiquerons aux intéressés. Il est bien entendu que c’est l’association Népalaise qui gère ces parrainages et non TPH qui fait simplement le lien pour le démarrage de ces actions individuelles.

NAMASTE !!!

 

 



12345...8

Fes la Mourra, noun la guerra |
Etrépagny Autrement |
Association des Jeunes pour... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Enfants et Santé Pyrénées L...
| Lectorat français de l'...
| eolus