2018. Voyage « TPH au Népal » pour le LOSAR.

Décidé il y a un peu plus d’un an lors de l’assemblée générale, le voyage « TPH au Népal » à l’occasion du Losar a remporté un vif succès. Quelques quarante participants se sont envolés pour découvrir les charmes de ce pays si attachant.

Débarqués la veille à l’aéroport de Kathmandu, voici nos groupes de Gaulois lâchés parmi les sadus fumeurs de haschich pour la « Chivaratri » à Pashupatinath! Dépaysement garanti avec cette immersion totale dans l’hindouisme le plus profond pour cette fête annuelle des adorateurs du dieu Chiva!

Les voyageurs repartis en petits groupes selon leurs programmes de visites ont pu apprécier l’accompagnement proposé par « Namlang Ecotourism »: chaque groupe était confié à un guide francophone pour le confort de tous. En tout une quinzaine de guides et porteurs pour visiter les sites culturels et touristiques  et parcourir les sentiers de randonnée du Langtang et des balcons des Annapurna.

De la vallée de Kathmandu en passant par le circuit de « Namo Bouddha », le Téraïl, et Pokhara, nos amis ont savouré la gentillesse des Népalais, se sont régalés de Dal Bath et de momos, de « ginger-lemon-honey-tea » et se sont éclatés dans les magasins d’artisanat. Au final, chacun est reparti ravi avec plein de super souvenirs en tête, comme ce beau moment partagé chez Temba et Jyangjul qui avaient tenu à nous inviter dans leur nouvelle maison.

Nous avons également mis à profit notre présence au Népal pour finaliser des projets.

Comme nous l’avions prévu lors de l’assemblée générale de l’association en janvier dernier, nous avons examiné la faisabilité de deux nouveaux projets. L’un concernait un soutien à apporter à un dispensaire à Syabru Bensi et l’autre à une école dans la même localité. Ces deux demandes nous avaient été faites par une amie qui connait depuis longtemps le Langtang et savait que des besoins existaient pour le fonctionnement de ces deux  activités.

La visite du dispensaire dans le camps de réfugiés Tibétains et la rencontre de son responsable Tashi nous ont appris que l’aide n’était pas nécessaire à cet endroit car les besoins sont déjà pourvus par le gouvernement Tibétain en exile, de plus, un autre dispensaire existe dans le village qui est suffisamment doté.

A l’école « Gosainkunda English Boarding School » il en est tout autrement. Ayant vu le jour en 2008 avec 22 enfants, elle accueille aujourd’hui 185 écoliers de 3 ans (nurserie) à 11 ans dont 55 sont en pension complète. L’enseignement est dispensé par une dizaine de professeurs y compris le directeur et comprend les langues: Népalais, Anglais et Tibétain, ainsi que les maths, les sciences, le social, l’informatique, les matières générales.

Les difficultés rencontrées par l’école sont avant tout financières. Bien que les parents payent la scolarité de leurs progénitures, cela ne suffit pas toujours à régler le montant du loyer du bâtiment qui abrite l’école. Les classes sont bâties avec des tôles ondulées et il n’y a pas de machine à laver le linge pour entretenir les tenues des enfants. Nous avons évalué avec Raju le directeur et son épouse Samten qui enseigne l’anglais, les besoins les plus urgents et nous décidons de les aider à hauteur de 1000 €uros par an (en deux versements de 500€) plus une aide ponctuelle de 500€ pour acheter une machine à laver le linge.

IMG_2992 (2) IMG_2967 IMG_2966 IMG_2965 IMG_2964 IMG_2963

Une autre demande concernant la scolarité des enfants nous a été présentée par notre ami Rabi qui est également guide et qui a pu rencontrer plusieurs voyageurs au cours de ce voyage. Rabi fait parti d’une association d’anciens élèves de l’école de son village, à quelques kilomètres l’est de Kathmandu. Région qui a été fortement touchée par le séisme de 2015, laissant de trop nombreux enfants orphelins. Il nous explique que même lorsque ces enfants n’ont perdu qu’un seul de leurs parents, ils ne sont pas considérés de la même façon que leurs demi-frères ou  demi-sœurs en cas de remariage du père ou de la mère. Lorsqu’ils sont pris en charge par des grands-parents ou des oncles et tantes, ils représentent une difficulté financière de plus  pour ces familles pauvres. L’association de Rabi a mis en place un système de parrainages pour permettre à ces enfants de poursuivre leur scolarité. Il s’agit de donner 1000 roupies (environ 8 €) par mois et par enfants. Cette somme permet de payer une tenue, indispensable au Népal pour tout écolier, et quelques fournitures scolaires. L’argent récolté par l’association est distribué aux directeurs des écoles concernées afin que la gestion soit plus efficace. les directeurs d’écoles ayant le plus souvent une autorité morale dans les villages sont à même de veiller au bien être des enfants dont ils ont la charge tous les jours.

TPH va apporter une aide de 500 €uros à l’association Népalaise pour l’année 2018, ce qui représente le parrainage de cinq enfants.

Cette initiative a été appréciée par plusieurs voyageurs qui se sont proposés pour ajouter leur propre parrainage. Nous somme actuellement dans l’attente du R.I.B. de l’association que nous communiquerons aux intéressés. Il est bien entendu que c’est l’association Népalaise qui gère ces parrainages et non TPH qui fait simplement le lien pour le démarrage de ces actions individuelles.

NAMASTE !!!

 

 



Fes la Mourra, noun la guerra |
Etrépagny Autrement |
Association des Jeunes pour... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Enfants et Santé Pyrénées L...
| Lectorat français de l'...
| eolus